Nos églises accumulent déficit sur déficit

Nos églises accumulent déficit sur déficit
(Photo : Beauce Média - Archives)

RELIGION. > Patrice Vallée, prêtre-curé qui préside la Fabrique de la paroisse Sainte-Mère-de-Jésus, qui regroupe dix anciennes fabriques locales, a fait le bilan financier de l’Unité pastorale Nouvelle-Beauce au terme de l’année financière 2019. La situation n’est pas rose pour plusieurs paroisses.

Lire aussi : Saint-Isidore, le presbytère pourrait être vendu

À Sainte-Marie, le surplus indiqué au rapport financier est de 17 460$. Cependant, ce chiffre est trompeur puisqu’il comprend le paiement de 68 000$ des assureurs pour des dégâts de l’inondation printanière dont les travaux n’ont pas encore été effectués. Le déficit réel serait donc de quelque 50 000$ pour l’année 2019.

La paroisse fermera l’église les mardis et mercredis, sauf exception, et il n’y aura plus de chant et de musique lors des baptêmes. Certains employés pourraient de plus perdre leurs postes.

Les paroisses de Saint-Elzéar, Saint-Sylvestre, Saint-Patrice, Scott et Sainte-Marguerite connaissent toutes des déficits de l’ordre de 1165$ à 6774$.

Le chauffage demeure bien sûr la facture la plus importante. À Saint-Isidore, la municipalité a accepté de payer pour l’achat de combustible, ce qui ne l’empêchera pas de se départir de son presbytère (voir autre texte).

Les fournaises de Saint-Elzéar seront changées pour faire des économies, alors qu’à Saint-Sylvestre la communauté n’a tout simplement pas les moyens de les remplacer.

Rappelons qu’à Scott, les paroissiens ont une épine au pied de moins depuis que la municipalité a accepté de se porter acquéreur de l’église. Il s’agit donc d’un transfert de la facture des paroissiens aux contribuables.

Pour ce qui est des paroisses de Sainte-Hénédine, Saint-Bernard et Saint-Narcisse, elles ont toutes les trois enregistré des surplus en 2019. Cependant, Sainte-Hénédine a profité d’un don anonyme de 30 000$ pour boucler son budget, alors que Saint-Narcisse a profité d’un legs testamentaire de 5000$.

À Saint-Bernard, la bonne performance de la pièce de théâtre comme activité de financement a permis d’amasser 40 000$.

Il est à noter que la fusion des fabriques au sein d’une seule unité pastorale n’a rien changé à l’autonomie financière de chacune des paroisses qui gardent des comptabilités séparées.

«Même si plusieurs personnes donnent généreusement, plusieurs autres résidents ne donnent pas beaucoup ou pas du tout. Pour certains qui ont des ressources limitées, c’est compréhensible, mais est-ce que d’autres qui ont les moyens ne pourraient pas faire un peu plus?», se questionne l’abbé Vallée.

Les paroisses seront de plus en plus confrontées à la hausse de leurs frais et à la baisse de leurs revenus. «Nous faisons face à des déficits de plus en plus importants, année après année, de sorte que l’avenir de nos églises et de nos services de pastorale est gravement menacé», conclut-il.

 

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
trackback

[…] Lire aussi : Nos églises accumulent déficit sur déficit […]