La lutte: une passion extrême!

Photo de Hubert Lapointe
Par Hubert Lapointe
La lutte: une passion extrême!
Mike Richards est le nouveau champion provincial de la JCW! (Photo : Beauce Média – Hubert Lapointe)

LUTTE. Depuis le 14 décembre dernier, le champion provincial de la JCW (Jonquière Championship Wrestling) est un Beauceron! En effet, la ceinture, qui représente 14 années d’expérience et de sacrifices, est actuellement gardée par Michael Richard, 31 ans de Sainte-Marie (auparavant de Saint-Honoré-de-Shenley).

Plus précisément, son personnage Mike Richards, un « méchant » de la JCW, a regagné son titre de champion, qu’il avait remporté en septembre dernier puis reperdu en novembre. Lors de sa victoire de décembre, son adversaire était Jean Verret de Thetford Mines, mieux connu dans la ligue en tant que Johnny the Star. « Ça m’a pris 13 ans pour me rendre là. C’est une belle fierté! Surtout que j’ai gagné contre le gars qui m’a entraîné… », s’est-il amusé.

Mike Richards.

Une passion exigeante

Devenir lutteur n’est pas de tout repos. Pour y parvenir, M. Richard prévient qu’il faut beaucoup de force, un excellent cardio, de la détermination, de la patience et de l’endurance à la douleur. « Le plancher du ring est plus dur qu’on pense! […] Les gens qui disent que c’est “fake”, je les mets au défi de monter dans le ring avec moi 5 minutes! », dit-il.

Qui plus est, le sportif de 250 livres s’entraîne cinq fois par semaine au Centre Santé Performance de Sainte-Marie, en plus de travailler de nuit à temps plein. Avec plus de 500 combats à son actif, il prend les traits de Mike Richards à Jonquière toutes les deux semaines, ainsi qu’aux deux mois au sein de la Victory Ring de Thetford Mines et, depuis janvier, dans la Torture Chamber Pro Wrestling de Montréal selon ses disponibilités et selon les besoins de la ligue. « Il faut être “crinqué” », convient-il.

Mentionnons ici que Mike Richards est un « gentil » à Thetford Mines et à Montréal. Si être un méchant est plus facile à jouer et un meilleur défoulement selon lui, le changement de rôle ne change en rien sa préparation quotidienne. Ici, il tient à remercier Cindy Berthiaume de l’Atelier De Couture Agace de Sainte-Marie pour la confection de ses costumes.

Dans un autre ordre d’idées, faire de la lutte est aussi une manière pour lui de rendre hommage à sa mère, emportée par le cancer il y a quatre ans. « Ça lui faisait plaisir de me voir triper », se souvient-il.

À long terme, afin de faire connaître son sport dans la région, il vérifie actuellement les possibilités pour organiser un gala de lutte en Beauce. Le projet est toutefois embryonnaire pour le moment. À suivre…

Dates à retenir

Entre autres événements, afin de voir Mike Richards en action, rendez vous au centre récréatif de Robertsonville le samedi 29 février prochain à 19 h. Les billets sont disponibles en prévente au coût de 15 $ en contactant Michael Richard au 581 982-9315 ou via Messenger, ou encore à la porte le soir du gala au coût de 20 $.

Par ailleurs, une grosse soirée est prévue le samedi 2 mai à l’Aréna Marcel-Claveau à Saint-Ambroise, où il partagera les cris de la foule avec « Gangrel », qui avait fait sa marque dans la WWE (World Wrestling Entertainment). « Être sur le même show que ce gars-là, c’est un gros plus! », est-il reconnaissant. Les billets, au coût de 20 $, sont en vente au 418 815-4421.

Mike Richards se prépare à réaliser un « TKO Neckbreaker » sur Smoke le survivant. (Photo gracieuseté – Edward Sanger)
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des