Charpentier-menuisier et caporal en infanterie

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
Charpentier-menuisier et caporal en infanterie
Le Caporal Jonathan Turgeon est en compagnie de la Capitaine Elaine Jean, responsable des Affaires publiques d’unité (RAPU) au Régiment de la Chaudière. (Photo : L'Éclaireur Progrès - Frédéric Desjardins)

N.D.L.R. Le Régiment de la Chaudière célèbre son 150e anniversaire de fondation. Nous vous présentons aujourd’hui le premier d’une série de quatre portraits.

Le Caporal Jonathan Turgeon, 24 ans de Saint-Zacharie, a joint le Régiment de la Chaudière dès sa sortie de l’école secondaire. Il a participé notamment à des exercices militaires en sol canadien et américain.

De 12 à 17 ans, Jonathan Turgeon était membre des Cadets de l’Air Saint-Georges (Escadron 890). Travaillant ses habiletés physiques et sportives, il a développé une expertise au tir à la carabine.

«C’était un bon moyen d’apprendre la discipline et le travail d’équipe. Je voulais poursuivre mes apprentissages, mais sans travailler à temps plein pour les Forces canadiennes. Devenir réserviste était une bonne option. Mon employeur me laisse beaucoup de flexibilité», dit Jonathan, charpentier-menuisier chez RCM Modulaire à Saint-Benoît.

Du Nunavut aux États-Unis

À deux reprises, Jonathan Turgeon a pris part à une opération annuelle de surveillance et contrôle dans le Nord canadien. L’une de ses opérations, Nunalivut, s’est déroulée du 23 février au 10 mars 2017 à Resolute Bay et Hall Beach (Nunavut).

Pas facile de cohabiter avec le «froid militaire» du Nunavut !

Plus de 200 militaires ont eu l’occasion d’améliorer leurs capacités d’intervention dans diverses situations, sur cet immense territoire glacial.

«C’était une espèce de guerre hivernale, où l’on devait prendre position pour défendre le territoire. Les conditions météo étaient très difficiles», se rappelle Jonathan Turgeon.

Aux États-Unis, il a effectué des exercices militaires aux postes de Fort Drum (New York) et Fort Pickett (Virginie). Du côté de Fort Drum, l’opération d’attaque regroupait plus de 120 militaires.

«Tous les corps de métiers étaient représentés. C’était très intense. J’ai même tiré avec un lance-roquettes», précise Jonathan.

Le 13 octobre 2019, ce dernier faisait partie des 35 000 coureurs inscrits à l’Army Ten-Miler. L’événement était parrainé par le district militaire de l’armée américaine à Washington.

«La course démarrait près du Pentagone. On partait en vagues de dix coureurs. J’étais le seul représentant du Régiment de la Chaudière. Mon temps de 1h16m était bon, vu que plusieurs militaires en forme participaient à la course», indique le caporal beauceron.

Bientôt en mission étrangère ?

Au-delà des exercices militaires, Jonathan Turgeon a vécu sa première «vraie opération» au printemps 2017. Dépêché sur L’Île-Bizard, près de Montréal, il a aidé des résidents victimes d’inondations majeures.

Jonathan Turgeon était le seul membre du Régiment de la Chaudière présent à l’Army Ten-Miler de Washington, en octobre 2019.

«Dans mon groupe, on travaillait à renforcer les digues avec des sables de sable. Les victimes étaient contentes de nous voir», dit Jonathan Turgeon.

À court terme, le Zacharois aimerait prendre part à une mission étrangère. «J’ai discuté avec d’autres membres du Régiment de la Chaudière qui ont fait ça. Comme je suis dans l’infanterie, les risques seraient plus grands, mais je veux aider la population», conclut-il.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des