Saints-Anges | Une modification de zonage provoque des remous

Saints-Anges | Une modification de zonage provoque des remous
Une centaine de personnes a assisté à l'assemblée d'information dirigée par la mairesse Carole Santerre. (Photo : Beauce-Média - André Boutin)

MUNICIPALITÉ. > L’assemblée d’information sur la modification du règlement de zonage de Saints-Anges, visant à créer de nouvelles zones pour le multilogement, a attiré une centaine de personnes au centre communautaire le mardi 14 janvier dernier.

D’entrée de jeu, la mairesse Carole Santerre a fait une mise au point sur les débats parfois hargneux qui ont eu lieu sur les réseaux sociaux à la suite de l’adoption de cette proposition par le conseil.

«Il s’est dit tellement de choses sur les réseaux sociaux que cela a pris une proportion démesurée. La machine à rumeurs s’en est donné à cœur joie créant un mouvement de panique», a-t-elle indiqué.

La mairesse a précisé que cette modification du règlement d’urbanisme n’est qu’une proposition et que ce sont les citoyens qui, en fin de compte, décideront de son adoption ou non.

La proposition

La modification créerait les zones RB-2, RB-3 et RB-4 vouées à la construction de multilogements.

La municipalité de Saints-Anges est actuellement freinée dans son développement domiciliaire par le fait qu’il reste peu de «zones blanches» pour permettre l’ajout d’immeubles à logement.

La proposition vise donc à créer de nouvelles zones au sein même d’une zone réservée aux maisons unifamiliales pour autoriser la construction de multilogements.

«C’est la seule option que nous avons présentement. Si nous voulons dézoner de nouveaux secteurs, on peut compter un délai de dix ans avant d’obtenir toutes les autorisations», a prévenu la mairesse.

Elle a ajouté que les multilogements pourraient profiter aux nouveaux travailleurs étrangers qui oeuvrent dans les entreprises de la région, permettre à de jeunes couples de s’y installer avant d’acquérir une maison et, aussi, à ceux qui ont perdu leur logement à la suite des inondations de la Chaudière

Réactions

Les résidents des secteurs visés se sont montrés plutôt défavorables à la proposition. Parmi les arguments mentionnés, on retrouve la perte d’intimité, l’augmentation de la circulation, la présence d’immeuble de deux étages au travers les maisons unifamiliales.

«Nous nous sommes construit à Saints-Anges parce que nous ne voulions pas demeurer en ville. En s’installant dans un quartier zoné résidentiel unifamilial et jumelé, on se garantissait une certaine qualité de vie. On ne peut pas changer les règles du jeu en cours de route comme vous le faites», a indiqué un résident de la rue du Rocher qui résume bien le sentiment général des propriétaires de ce secteur.

Bien que tout le monde comprenne les besoins de développement de la municipalité, la plupart des intervenants souhaitent voir la construction de multilogements ailleurs sur le territoire, quitte à devoir attendre plusieurs années avant que le projet ne se concrétise.

À la population de décider

La mairesse Carole Santerre.

Rencontrée au terme de l’assemblée, la mairesse Carole Santerre s’est montrée satisfaite par les discussions qui se sont déroulées dans le calme.

«Notre but était de bien faire comprendre, au départ, les implications de cette demande de modification de zonage. Nous avons reçu plusieurs pistes de solution que le conseil devra évaluer dans les prochains jours. Et, je le répète, ce sont les citoyens qui auront le dernier mot.»

Si la demande de changement de zonage, modifiée ou non, est finalement adoptée par le conseil, elle devra passer par une approbation des propriétaires demeurant dans les zones touchées, ce qui pourrait signifier la tenue d’un référendum.

C’est donc un dossier à suivre.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des