Épidémie: un rôle sur mesure pour Guillaume Cyr

Photo de Hubert Lapointe
Par Hubert Lapointe
Épidémie: un rôle sur mesure pour Guillaume Cyr
Le personnage joué par Guillaume Cyr sera présent à chacun des 10 épisodes. (Photo : Yan Turcotte)

TÉLÉVISION. Le comédien Guillaume Cyr de Sainte-Marie s’est fait offrir un rôle qui a été écrit spécialement pour lui. Il s’agit du personnage de Laurent Demers, ministre de la Sécurité publique, qu’il campe dans la série « Épidémie » diffusée sur les ondes de TVA.

En effet, pour la toute première fois, les auteurs Annie Piérard, Bernard Dansereau et Étienne Piérard-Dansereau ont développé un personnage en ayant un seul visage en tête: celui de Guillaume Cyr. « C’est à double tranchant. C’est flatteur, mais la pression est d’autant plus forte! », de lancer l’artiste.

Tel qu’il le décrit, il joue un homme qui manque un peu d’expérience en tant que politicien, mais qui a le cœur à la bonne place et qui est très cartésien. Ne pouvant dévoiler des éléments de l’histoire, le Beauceron a tout de même laissé entendre que le caractère rigoureux du ministre lui occasionnera quelques flammèches avec Anne-Marie Leclerc (Julie Le Breton), une infectiologue dont Guillaume Cyr compare le tempérament à celui d’Indiana Jones.

« Le rôle, je l’ai collé assez proche de moi. Même le côté homosexuel (il forme un couple avec Pascal Dion, joué par Félix-Antoine Tremblay). Ça reste quelqu’un qui en aime un autre, avec qui il veut fonder une famille », a-t-il continué.

Guillaume Cyr. (Photo Yan Turcotte)

Synopsis

Lorsqu’un mystérieux virus commence à se répandre dans la population montréalaise, l’infectiologue Anne-Marie Leclerc et son équipe du Laboratoire d’urgence sanitaire doivent tout mettre en œuvre pour stopper la propagation de la maladie avant qu’elle ne se transforme en une pandémie meurtrière. L’urgence se fait sentir, le virus se propage rapidement et s’attaque à tous les groupes de la société. Comment faire pour rassurer et sensibiliser la population? Le personnel de l’hôpital St-André, le Laboratoire d’urgence sanitaire et le ministère de la Sécurité publique s’unissent pour mettre des mesures en place afin de contrer l’épidémie.

« Les auteurs ont du talent pour bien ficeler une intrigue. Il y a beaucoup de shows de police au Québec, […] mais on vit un peu une première dans le champ télévisuel québécois. Je suis fier d’en faire partie », de poursuivre Guillaume Cyr.

Quant à la distribution, il n’avait que de bons mots envers les personnes avec qui il partage l’écran. « Julie Le Breton, je suis en admiration devant elle. J’avais joué avec elle au théâtre. C’est quelqu’un qui a énormément de bagages. J’apprends beaucoup à la voir travailler », a-t-il lancé.

Par ailleurs, il connaissait plusieurs camarades comédiens depuis la série « L’Imposteur » (des mêmes auteurs et diffusée en 2016 et 2017 à TVA), tandis que d’autres, tels qu’Ève Landry et Félix-Antoine Tremblay, sont de tous nouveaux collègues.

À venir

L’agenda de Guillaume Cyr est très occupé. Actuellement, il parcourt la province avec la pièce de théâtre « Des souris et des hommes », et sera dans « Les Trois Sœurs » d’Anton Tchekhov en mars au Théâtre du Nouveau Monde, sous une mise en scène de René Richard Cyr.

Pendant ce temps, il joue dans le film « Jusqu’au déclin ». La production abordant la vie de gens survivalistes (individus qui se préparent à une catastrophe) apparaîtra sur Netflix au printemps. Il sera également dans le film « Les nôtres » de Jeanne Leblanc, qui prendra l’affiche au mois de mars, et, bien sûr, dans la série « Léo » de Fabien Cloutier.

« Je me considère chanceux d’être à la fois au théâtre, à la télé et au cinéma. Je suis très privilégié », conclut-il.

« C’est le plus gros rôle télé que j’ai eu. » – Guillaume Cyr (Photo Yan Turcotte)
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des