Seulement une nouvelle infirmière par année en Chaudière-Appalaches

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
Seulement une nouvelle infirmière par année en Chaudière-Appalaches
Avec le vieillissement croissant de la population, le personnel infirmier soigne beaucoup plus d’aînés. (Photo : Deposit Photos)

L’effectif infirmier, dans les différents établissements de santé, demeure relativement stable en Chaudière-Appalaches. Ce n’est pas le cas dans la majorité des autres régions.

Selon le dernier rapport statistique de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), Chaudière-Appalaches comptait 2863 infirmières auxiliaires ou cliniciennes sur son territoire, entre le 1er avril 2018 et le 31 mars 2019. Ce nombre exclut les infirmières praticiennes spécialisées (IPS).

C’est une augmentation de quatre employés comparativement à l’exercice 2014-2015, soit l’équivalent d’une nouvelle infirmière par année (0,1 %). La moyenne provinciale est de 3,2 %, Chaudière-Appalaches se trouvant au 12e rang sur 17 régions. Laval (9,3 %) et le Bas-Saint-Laurent (- 4,4 %) occupent la première et dernière place (voir tableau).

Statistiquement, Chaudière-Appalaches possédait un taux de 6,72 infirmières par 1000 habitants en 2018-2019, une donnée inférieure à l’ensemble du Québec (8,52).

À ce chapitre, notre région fait toutefois meilleure figure que le Centre-du-Québec (6,69), la Montérégie (5,95), Laval (5,88), l’Outaouais (5,81), les Laurentides (5,69) et Lanaudière (5,46).

Âges et hommes

Du 1er avril 2018 au 31 mars 2019, 37,3 % des infirmières en Chaudière-Appalaches avaient moins de 35 ans. À l’opposé, 13,8 % d’entre elles étaient âgées de 55 ans et plus. Dans chacun des cas, il s’agit d’une hausse de 6,3 % et d’une baisse de 4,3 %, comparé à la période 2014-2015.

Autre donnée intéressante, 114 infirmières de la relève ont obtenu un emploi dans Chaudière-Appalaches en 2018-2019, soit 3,6 % de plus que l’année précédente.

Par ailleurs, la région se démarque comme celle où le droit de prescrire, en vigueur depuis janvier 2016, s’est le plus fortement déployé. Ainsi, 19 % des infirmières exerçant dans la région ont obtenu l’autorisation de prescrire, comparativement à 11 % dans l’ensemble du Québec.

Le terme infirmière est utilisé dans le rapport, car les hommes sont largement sous-représentés dans la profession, toutes régions confondues. En Chaudière-Appalaches, 11 % du personnel infirmier est masculin. Le Nord-du-Québec est au sommet (20,1 %), suivi de loin par Montréal (13 %) et la Capitale-Nationale (12,9 %).

Le rapport complet peut être téléchargé gratuitement sue le site de l’OIIQ.

* Avec la collaboration d’Éric Gourde

Évolution de l’effectif infirmier au Québec

Régions Effectif (2014-2015) Effectif (2018-2019) Variation (nombre/%)
Bas-Saint-Laurent 1916 1831 – 85 (- 4,4 %)
Saguenay-Lac-Saint-Jean 2716 2680 – 36 (- 1,3 %)
Capitale-Nationale 9160 9243 83 (0,9 %)
Mauricie 2493 2508 15 (0,6 %)
Estrie 3003 3182 179 (6 %)
Montréal 22 634 23 502 868 (3,8 %)
Outaouais 2209 2270 61 (2,8 %)
Abitibi-Témiscamingue 1339 1299 – 40 (- 3 %)
Côte-Nord 914 880 – 34 (- 3,7 %)
Nord-du-Québec 557 608 51 (9,2 %)
Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine 943 922 – 21 (- 2,2 %)
Chaudière-Appalaches 2859 2863 4 (0,1 %)
Laval 2329 2545 216 (9,3 %)
Lanaudière 2637 2774 137 (5,2 %)
Laurentides 3294 3476 182 (5,5 %)
Montérégie 8587 9249 662 (7,7 %)
Centre du Québec 1652 1655 3 (0,2 %)
Ensemble du Québec 69 242 71 487 2245 (3,2 %)

Source : OIIQ

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Claude J. Dulac Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Claude J. Dulac
Invité
Claude J. Dulac

Plus simple d’ouvrir les CLSC de 8:30 a 22hre avec un médecin et infirmières a salaires, locaux disponibles y ajouter du personnel. les cliniques privées et coop de santé n’offrent pas de service adéquat la fin de semaine contrairement aux pharmaciens qui pourraient pratiquer certains gestes gratuit pour enlever du travail au précieux groupe de pression de médecins. LA CAQ doit imposer ses règles au médecin sous-ministre