René Gosselin : un maître de la course d’accélération

René Gosselin : un maître de la course d’accélération
(Photo : Beauce Média - André Boutin)

COURSE. > René Gosselin, de Sainte-Marie, a été officiellement intronisé au Temple de la renommée des courses d’accélération lors d’un gala qui s’est déroulé à Laval le samedi 16 novembre dernier.

Cet honneur récompense une longue carrière de plus de 40 ans et qui dure toujours puisque M. Gosselin participe encore à une dizaine de courses par année, dont près de la moitié aux États-Unis.

Au cours de toutes ces années, le Mariverain a cumulé de nombreuses victoires et distinctions. Mais son fait d’armes le plus important est la réalisation d’un record de la National Hot Rod Association (NHRA) en mai 2015 sur une piste du New Hamphire, dans la catégorie Stock/FSA.

René Gosselin et sa célèbre Chevelle 1971. Il est accompagné d’Yves Deblois.

M. Gosselin a atteint, au volant de sa Chevelle 1971, la vitesse de 121,58 milles à l’heure (195,6 km/h) sur la piste d’un quart de mille qu’il a franchi en 10,86 secondes, deux records qui ont tenu pendant deux ans.

D’ailleurs, le certificat qui fait la preuve de sa performance est bien à l’honneur dans le hall d’entrée de son garage situé sur la rue Notre-Dame Sud, au centre de deux photos de sa Chevelle légendaire.

À noter que lors de l’intronisation, 17 coureurs ont été honorés et M. Gosselin était le seul du Québec.

Une passion

C’est au tour de 18 ans que la passion du <@Ri>drag<@$p> a rattrapé René Gosselin, une passion qui ne l’a jamais quitté depuis. «Mon premier char, je l’ai eu à 18 ans. Je devais faire des <@Ri>starts<@$p> dans la rue, car il n’existait pas d’autres endroits pour le tester», se rappelle-t-il.

Sa première course remonte à 1977, soit il y a plus de 40 ans. D’ailleurs, cette longévité était un autre des critères pour qu’il soit intronisé au Temple de la renommée, tout comme sa contribution significative à l’avancement des courses d’accélération.

René Gosselin en compagnie de John Scotti, président fondateur du Temple de la renommée des courses d’accélération

Il a roulé sur la plupart des pistes d’accélération du Québec et de l’est du Canada, ainsi que sur plusieurs aux États-Unis.

En plus de courser, signalons qu’il commandite et parraine depuis une vingtaine d’années le coureur Stéphane Lecours en Stock Car.

Période grise

M. Gosselin s’ennuie de la belle époque des courses d’accélération au Québec. «Il faut le dire, ce sport traverse présentement une période grise».

Il prend pour exemple les problèmes que subissent certaines pistes avec des voisins qui ne supportent pas le bruit, ou la poussière, ou les effluves d’essence.

«Nous vivons dans une société dirigée maintenant par une génération qui n’a pas, comme nous, été élevée avec la tradition des courses automobiles. C’est malheureux, mais je garde espoir qu’elles redeviendront à la mode».

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des