Faire différemment: intéressant pour la région!

Photo de Hubert Lapointe
Par Hubert Lapointe
Faire différemment: intéressant pour la région!
La Villa du Cap de Vallée-Jonction a été relancée avec succès il y a un an. (Photo : gracieuseté)

AFFAIRES. Quarante-deux entreprises en Nouvelle-Beauce, 1138 emplois, 818 bénévoles et administrateurs, 89 M$ de chiffres d’affaires… Une mine d’or penserez-vous? Oui, mais surtout en ressources humaines. On parle ici d’économie sociale! Dans le cadre du Mois de l’économie sociale, qui se déroule tout le mois de novembre, Beauce Média s’est penché sur la réalité de trois entreprises d’ici.

D’abord, la plus jeune: La Villa du Cap de Vallée-Jonction. On se souviendra que Les résidences de la Vallée avaient dû fermer en mai 2018 avec 48 heures d’avis pour les résidents. À ce moment, la municipalité et de nombreux partenaires s’étaient relevé les manches afin de ne pas perdre leur résidence pour personnes âgées. La Villa du Cap a finalement pu ouvrir il y a un an.

Selon Catherine Fournier, présidente du conseil d’administration de l’endroit, les petites résidences sont difficiles à rentabiliser pour les investisseurs privés. « Ça a été le branle-bas de combat avant l’ouverture. Nous avons rencontré les représentants syndicaux, vérifié nos prévisions budgétaires par Développement économique Nouvelle-Beauce… », a-t-elle affirmé.

Qui plus est, elle sait pertinemment que la formule d’économie sociale a ouvert la porte à de nombreux partenariats et subventions. « Notre objectif d’atteindre l’autonomie financière est sur le point de se remplir. […] Il fallait repartir rapidement et si deux têtes valent mieux qu’une, on n’est pas loin de 10 têtes valent mieux qu’une! »

Entre deux âges, la Coop de Saints-Anges a fêté son 10e anniversaire en 2019. À l’origine, le dépanneur de la municipalité était sur le point de fermer, alors que les propriétaires du poste à essence et du restaurant prenaient leur retraite. C’est alors qu’une dizaine de personnes ont pris le taureau par les cornes et ainsi créé la coopérative.

« Ça a gardé le village en vie. Nous avons beaucoup d’achalandage. Financièrement, c’est sûr qu’il faut regarder nos choses de très proche […], mais on arrive à tirer notre épingle du jeu », a prononcé Christian Roy, président de la Coop de Saints-Anges.

À son avis, le secret de leur succès réside dans leur conseil d’administration dévoué et multidisciplinaire. Par ailleurs, il a laissé entendre que le développement des entreprises dépend en partie de la vitalité des municipalités, et que le dynamisme de celles-ci émane de la santé de ses entreprises. « Nous avons un parc industriel en pleine expansion. […] S’il n’y avait plus de services à Saints-Anges, je ne suis pas sûr qu’il se développerait autant. »

Plus expérimenté, le Groupe Aptas de Sainte-Marie célébrera son quarantième anniversaire en 2020. L’objectif premier de ses quatre divisions (Cartonek, Environek, Dexterra et Kalimage) est d’offrir du travail aux personnes ayant des limitations fonctionnelles, représentant 65 % de ses 130 employés.

« Côté rendement, il y a une différence avec une personne sans limitation, mais plutôt que d’être à la maison, ils travaillent, ils sont heureux et ils sont moins malades! […] L’économie sociale est une belle formule. Ça doit rester », a commenté Lionel Bisson, directeur général de Groupe Aptas, dont le chiffre d’affaires annuel environne les 7,5 M$.

Dans le futur, M. Bisson entend multiplier les efforts afin de sensibiliser nos élus à propos de l’importance de travailler différemment, notamment afin de pallier aux problèmes de rareté de main-d’œuvre.

Le saviez-vous?

Le 4 décembre prochain, DENB invite la population à participer au déjeuner-conférence « Perspectives économiques 2020 ». Un rendez-vous à ne pas manquer afin de savoir ce que l’année 2020 nous réserve économiquement parlant!

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des