Thomas Fecteau s’est envolé

Photo de Hubert Lapointe
Par Hubert Lapointe
Thomas Fecteau s’est envolé
Thomas Fecteau. (Photo : Beauce Média – Archives)

SAINTE-MARIE. Le vendredi 1er novembre dernier est décédé Thomas Fecteau de Sainte-Marie, emporté par la maladie à l’âge de 94 ans. Connu comme étant un des piliers de l’aviation civile au Québec, il laissera sur son entourage un souvenir indélébile.

Plus précisément, son fils Jean-Marie Fecteau informe que dans ses derniers moments, il a souffert d’un anévrisme de l’aorte. Son départ était donc presque une délivrance selon lui. « Il a eu de très bons soins au Château Sainte-Marie, il sait que sa vie a été bien remplie. […] C’était un père affectueux, un gars passionné, un mordu d’aviation qui a vécu intensément », a-t-il présenté.

Ainsi, l’homme se souviendra de son père pour les voyages, sa terre à bois, ses nombreuses implications sociales et bien sûr, l’aviation. « Mes premiers souvenirs d’enfance sont en avion. On a baigné là-dedans. Tout le monde était pilote chez nous. Quand t’es passionné, tu le transmets aux autres! […] Il était exigeant, mais le monde le respectait parce qu’il était respectueux et juste. Il a mis ses connaissances à jour tout au long de sa vie », a-t-il continué. Mentionnons que Jean-Marie Fecteau est connu aujourd’hui pour les photos qu’il prend du haut des airs, en paramoteur.

Pour sa part, Pauline Vachon, présidente du conseil d’administration du Musée de l’aviation de Sainte-Marie, connaissait Thomas Fecteau depuis une vingtaine d’années. « On en a fait notre vedette. Il a vécu des aventures extraordinaires! Ses histoires étaient toujours savoureuses. […] C’était un homme impressionnant, très humble, qui aura été avec nous jusqu’à la fin. C’était un grand monsieur, un personnage important, raffiné, très généreux, qui a eu une carrière exceptionnelle. On l’admire. Il laisse un beau souvenir à toute l’équipe du musée », a-t-elle commenté.

En plus de sa carrière et ses implications, rappelons que Thomas Fecteau a coécrit le livre « Au-delà du 48e parallèle » avec son épouse (feue) Françoise Gaudreau en 2009, on peut le voir dans le film « L’amour a des ailes » réalisé par Denis Boivin en 2014, il a reçu un certificat de reconnaissance de la part de la Société québécoise d’ethnologie en 2017, et il a financé le monument « Hommage à nos mères » installé près de l’église de Sainte-Marie en 2018.

Ayant vu le film, lu le livre et travaillé en sa compagnie pour le projet de monument, Luce Lacroix, conseillère municipale à Sainte-Marie, en gardera également une merveilleuse image. « Ça a été une belle découverte de le rencontrer. C’était un homme extrêmement généreux de ses sous et de son histoire. […] Il a fait partie intégrante de l’histoire de la ville et du Québec. C’était quelqu’un de super agréable. Je suis très heureuse et honorée de l’avoir rencontré. »

Dans une capsule historique publiée par Raymond Beaudet à son sujet, on apprend que Thomas Fecteau a eu son premier brevet de pilote à l’âge de 19 ans. Il aura été pilote pendant 37 ans.

L’abbé Patrice Vallé et Thomas Fecteau, lors de l’inauguration du monument « Hommage à nos mères » en 2018.
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des