Partir de Lévis pour développer l’hôtellerie régionale

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
Partir de Lévis pour développer l’hôtellerie régionale
La cache du Golf, à Beauceville, a ouvert ses portes en 2016. (Photo : Gracieuseté – Stéphanie Allard)

Richard Moreau, directeur général de Tourisme Chaudière-Appalaches, estime que la région devait augmenter son offre d’hébergement pour conserver les touristes ici.

À lire aussi : Notre industrie hôtelière surpasse les autres régions du Québec

«Quand j’ai commencé dans le tourisme, on était une des pires régions du Québec pour le taux d’occupation en hébergement. Il y avait un grand rattrapage à faire. Sur 20 ans, on a vu une belle évolution avec la construction de plusieurs hôtels», dit-il.

Richard Moreau admet que cette croissance hôtelière  a commencé dans la ville de Lévis. «La construction du centre de congrès (2008) a été une étape importante pour augmenter l’hébergement. On a vu arriver de nouveaux hôtels, comme le Quality Inn, l’Oiselière et l’Hôtel Normandin», explique celui-ci.

Selon lui, cet «effet Lévis» s’est propulsé plus récemment dans le reste de Chaudière-Appalaches. «On le voit par exemple avec l’arrivée de la cache du Golf (Beauceville) et l’agrandissement du Georgesville (Saint-Georges)», indique Richard Moreau.

Plus d’activités

Au-delà d’augmenter l’offre en hébergement, on doit proposer des activités aux touristes pour prolonger leur séjour. Sur ce point, Richard Moreau observe une recrudescence dans le nombre et la qualité des activités touristiques offertes en Chaudière-Appalaches.

«Ça ne se limite pas à Lévis. Le Woodooliparc (Scott), le Miller Zoo (Frampton) et le Village Aventuria (Saint-Jules) sont de superbes attraits pour la famille. En ce moment, on a des touristes étrangers qui viennent observer nos couleurs d’automne», mentionne-t-il.

Pour Richard Moreau, la proximité entre les régions de Chaudière-Appalaches et Québec est un avantage, malgré l’attrait international de la Vieille Capitale.

«On le voit comme une opportunité d’aller chercher plus de touristes. C’est pour ça qu’on a refait notre bureau touristique sur l’autoroute 20 (Saint-Nicolas). Nous avons 25 ambassadeurs venant des différentes MRC pour vanter nos activités. En combinant leurs forces, les entreprises touristiques démontrent tout leur potentiel», rappelle Richard Moreau, donnant en exemple la nouvelle Route de la Beauce et ses panneaux bleus.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des