Entrepreneure et chasseuse reconnue comme un exemple à suivre

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
Entrepreneure et chasseuse reconnue comme un exemple à suivre
Véronique Lévesque transmet ses valeurs comme entrepreneure et chasseuse à ses enfants, dont sa fille Lory. (Photo : Gracieuseté)

Propriétaire de Buck Hunter à Saint-Victor, Véronique Lévesque fait partie des 100 entrepreneures québécoises choisies pour la campagne #jeSuis, organisée par Femmessor.

Celle-ci veut faire connaître et favoriser la création de modèles chez les femmes de tous les horizons. Elle comprend un volet magazine (Coup de Pouce), télévisuel (Salut Bonjour week-end) et numérique (Femmessor).

«J’ai réussi à remonter et faire prospérer une entreprise, mais surtout à montrer que la chasse s’adresse aussi aux femmes et peut se pratiquer en famille», indique Mme Lévesque.

En participant à cette campagne, elle a été surprise de rencontrer des entrepreneures compétentes, mais manquant parfois de confiance en soi. Pour Véronique Lévesque, le fait de travailler dans un domaine à prédominance masculine n’a rien changé dans ses désirs de performance.

Véronique Lévesque fait partie des 100 entrepreneures québécoises choisies pour la campagne #jeSuis, organisée par Femmessor.

«J’ai commencé la chasse à 19 ans, au moment où on ne voyait pas de filles là-dedans. Ça fait sept ans que j’ai repris Buck Hunter. Aujourd’hui, j’ai 40 ans et deux enfants (dix et huit ans) à qui je transmets mes valeurs comme entrepreneure et chasseuse», indique-t-elle.

Guide de chasse en Beauce, cette dernière partira bientôt pour Odgdensburg, dans l’État de New York, pour chasser le chevreuil dans le cadre d’un projet expérimental.

Véronique Lévesque est également devenue une ambassadrice féminine de Sitka Gear. Spécialisée dans la fabrication de vêtements et d’accessoires de chasse, l’entreprise américaine vend ses produits partout sur la planète.

«Je leur donne des conseils sur le design des vêtements. Les chasseuses préfèrent qu’ils soient ajustés et adaptés, comme pour les trous à l’arrière des casquettes conçus pour faire passer une queue de cheval», dit Mme Lévesque.

Véronique Lévesque participera prochainement à d’autres activités de Femmessor. Pour en savoir plus, visitez le site de Femmessor.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des