Des armes saisies à Saint-Joseph réveillent une vieille question

Photo de Hubert Lapointe
Par Hubert Lapointe
Des armes saisies à Saint-Joseph réveillent une vieille question
Une arme d’assaut de type AR-15 se trouvait dans la cabine du conducteur. (Photo : gracieuseté)

FAITS DIVERS. Le mardi 1er octobre dernier, les agents du bureau de Charny de la Fraternité des constables du contrôle routier du Québec (FCCRQ) ont saisi à Saint-Joseph-de-Beauce un pistolet 9mm chargé, une carabine de chasse, une arme d’assaut de type AR-15 de même que plusieurs centaines de munitions et chargeurs. Dans le présent cas, l’homme intercepté a collaboré avec les agents. Mais, puisque ceux-ci ne sont pas armés, que se serait-il passé si l’individu avait décidé qu’il résistait à son arrestation?

Le 1er octobre, l’homme dans la quarantaine avait été intercepté vers 13 h 30 sur l’autoroute 73, car son semi-remorque avait un feu de freinage défectueux et parce que le tracteur qu’il transportait semblait mal arrimé. Il faut mentionner que ses armes étaient légales. Toutefois, en janvier 2020, il devra se présenter au Palais de Justice de Saint-Joseph pour possiblement y être accusé d’entreposage négligent.

Le pistolet 9mm était chargé et à portée de main.

« On ne sait pas si la personne qu’on arrête est criminalisée. S’il décide qu’il ne retourne plus “en dedans”, nous autres, on est comme tout nu… », est inquiet Éric Labonté, président de la FCCRQ, d’autant plus que le support de la Sûreté du Québec avait pris 30 minutes à obtenir.

Dans le même ordre d’idées, il y a deux semaines, un camion rempli d’explosifs a été intercepté à Stoneham. « Il aurait pu arriver un événement vraiment tragique. […] Quand deux événements arrivent le même mois, ça regarde mal. C’est signe qu’un incident très grave pourrait arriver », craint-il, en dénonçant le mutisme des autorités du secteur. « Ils jugent que notre travail est assez dangereux pour porter un gilet pare-balles, mais pas assez pour porter une arme… », est-il sarcastique.

Également, un camionneur, qui transportait une arme il y a une dizaine d’années à Rouyn-Noranda, a littéralement décidé de foncer sur les contrôleurs routiers. « S’ils avaient été armés, ils auraient pu se défendre », soutient le président.

M. Labonté a rappelé ici qu’une demande en ce sens est en attente depuis une vingtaine d’années à la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CSST). « Nous ne voulons pas jouer au cowboy, c’est une question de sécurité. On va se servir de tous les recours possibles », dit-il.

Le fusil de chasse saisi.
Partager cet article

2
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
YvesIan Poulin Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Ian Poulin
Invité
Ian Poulin

La AR-15 sur les photo n’est pas une arme d’assaut et n’est pas classer comme tel au canada pour 2 raison 1-la version canadienne ne peut exeder 5 cartouche 2-la version canadienne est seulement disponible en version semi-automatique. Une arme d’assaut ce décrit comme : arme automatique avec chargeur pouvant contenir plus que 5 cartouche . Hort ce petit detail le gars na clairement pas respecter les lois en vigueur pour ce type d’arme de 1-faut avertir tout déplacement de l’arme 2-doit être entreposer a un endroit différent des cartouche. Pour ces 2 offense la lois canadien prévoie jusqua 10… Read more »

Yves
Invité
Yves

Ian, toi qui connais bien les armes tu dois aussi savoir que c’est un jeu d’enfant de transformer ce type d’arme légale en arme illégale. De plus, des chargeurs de 30 balles tu peux en acheter partout et c’est même très facile de s’en procurer pour à peu près rien ! Les balles, du calibre 223, ça on en parle pas. Latulippe en a dès millier en réserve !