Saint-Joseph demande d’être consultée sur les zones 0-20 ans

Photo de André Boutin
Par André Boutin
Saint-Joseph demande d’être consultée sur les zones 0-20 ans
Le maire Pierre Gilbert, lors de la rencontre sur les Zones d’intervention spéciale de la semaine dernière. (Photo : Beauce Média - André Boutin)

INONDATION. > À la suite de la réunion de consultation sur les Zones d’intervention spéciale qui a laissé tout le monde sur son appétit, la semaine dernière, le conseil de la Ville de Saint-Joseph a demandé qu’on consulte les élus sur la délimitation des futures zones 0-20 ans.

Le conseil a donc adopté une résolution, lors de sa séance du 8 juillet, exhortant le gouvernement du Québec de ne pas prendre de décision unilatérale dans ce dossier. «À Saint-Joseph, il y a plein d’erreurs dans les cartes qui existent sur internet. Plusieurs secteurs font partie de la zone 0-20 ans alors qu’ils n’ont jamais été inondés», a indiqué le maire Pierre Gilbert.

Pour éviter que l’insatisfaction des citoyens devienne encore plus grande, le conseil de Saint-Joseph demande à être consulté, «d’autant plus qu’il n’y a pas vraiment urgence et que tout le monde sera en vacances au cours des deux prochains mois», a précisé M. Gilbert.

La résolution a été envoyée au premier ministre François Legault, à la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault et au député de Beauce-Nord, Luc Provençal.

Rappelons qu’il sera impossible d’obtenir des permis de rénovation ou de construction dans ces zones qui seront adoptées d’ici la fin de l’année, ce qui pourrait causer bien des maux de tête à certains propriétaires.

Autres sujets

Face aux plaintes de certains citoyens concernant les odeurs émanant des champs d’épuration de la ville, le maire a indiqué que le conseil est bien au fait de ce problème et qu’il tente d’y trouver une solution. «Nous comprenons l’inconfort de cette situation pour certains contribuables. L’an dernier, nous avons ajouté des aérateurs, mais il semble que cela ne suffit pas cette année.»

Le conseil a demandé à la MRC de vérifier la possibilité de recycler les résidus de plastique en provenance des entreprises agricoles. Les plastiques visés sont ceux qui servent à envelopper les balles rondes. Cela pourrait représenter plusieurs tonnes par année et, actuellement, ils prennent le chemin du site d’enfouissement.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des