Beauceville toujours sur un pied d’alerte

Photo de Sébastien Roy
Par Sébastien Roy
Beauceville toujours sur un pied d’alerte
Le directeur du centre de services de Saint-Georges de la Sûreté du Québec, Daniel Desmarais, le maire de Beauceville, François Veilleux, et le coordonnateur des mesures d'urgence de Beauceville, Félix Nunez, ont fait le point au lendemain de l'inondation. (Photo : L'Éclaireur-Progrès - Sébastien Roy)

INONDATION. > La ville de Beauceville et ses partenaires des services d’urgence se tiennent toujours sur un pied d’alerte malgré la baisse du niveau de la rivière Chaudière, qui était de 151,4 mètres cet après-midi.

Le coordonnateur des mesures d’urgence de Beauceville, Félix Nunez, explique que des averses importantes sont à prévoir au cours des prochains jours. «Entre jeudi et vendredi, c’est là que l’on attend de la pluie de façon importante», mentionne-t-il. «Nous sommes prêts à toute éventualité», renchérit le maire de Beauceville, François Veilleux.

De son côté, Environnement Canada prévoit des averses pouvant totaliser 25 à 50 millimètres de pluie vendredi et samedi pour les secteurs de Saint-Georges, Sainte-Marie et Lac-Etchemin.

Aussi, M. Nunez ajoute que des débits «importants» sont attendus en fin de semaine de la rivière Famine et barrage Sartigan. «On parle d’un débit combiné de 1400 m³», précise-t-il.

Pour ce qui est de l’embâcle, celui-ci s’est déplacé et est maintenant à la hauteur de l’entreprise Novatech. Il mesure environ 4 km. «Le couvert de glace est quand même fragilisé. On souhaite fortement que les glaces puissent partir», indique M. Nunez.

À la recherche d’une solution permanente

M. Veilleux confie avoir constaté que les gens sont «découragés» des inondations. «Quand j’ai fait le tour des commerçants, ils paraissaient essoufflés. Je voyais leur visage, les larmes aux yeux. Alors oui, nous sommes découragés. Nous avons hâte d’avoir de l’aide concrète et permanente», affirme-t-il.

«Soyez assurés que dès la semaine prochaine sur les programmes gouvernementaux qui nous ont été présentés cette semaine pour trouver une solution permanente pour que nos citoyens ne se trouvent pas en danger sachant que la rivière va rester la rivière», enchaîne M. Nunez, expliquant que la pelle amphibie, surnommée la grenouille ne peut être utilisée en raison de la topographie de la rivière Chaudière.

D’ici là, l’heure est au nettoyage alors que des conteneurs ont été installés à différents endroits pour permettre aux citoyens d’y jeter les débris.

De plus, un peu plus de 120 citoyens ont pu retourner ou sont en processus de retourner à leur résidence après avoir été à l’un des deux postes de réintégration de la Sûreté du Québec. «Ce matin, les citoyens voulaient réintégrer leurs résidences pour vérifier leurs biens. Nous ne pouvons pas les empêcher de le faire présentement, puisque leur vie n’est pas en danger», indique le directeur du centre de service de Saint-Georges de la SQ, Daniel Desmarais.

Précisons que tant la SQ, que les employés municipaux continueront de surveiller les soubresauts de la rivière Chaudière d’ici la fin de semaine.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des