Les chasseurs repartent bredouilles

Photo de André Boutin
Par André Boutin
Les chasseurs repartent bredouilles
Le porte-parole des chasseurs, Émile Lessard.

SAINT-JOSEPH. > La quarantaine de chasseurs venus demander l’appui du conseil municipal de la Ville de Saint-Joseph contre le registre des armes à feu devront attendre au moins un mois avant d’avoir une réponse.

Vêtus de leur «gilet orange», qui n’est pas sans rappeler la vague des «gilets jaunes» en France, les chasseurs se sont présentés à l’Hôtel de Ville pour la séance ordinaire du conseil de lundi.

Ils en avaient gros sur le cœur contre l’obligation d’enregistrer leurs armes de chasse qui, selon leur porte-parole Émile Lessard, «ne protégera personne et va coûter des millions de dollars inutilement».

Le maire Pierre Gilbert a pris note des doléances tout en précisant que le conseil ne prendrait pas position immédiatement. «Je comprends le sens de votre démarche, mais c’est un sujet que nous devons discuter en comité avant de prendre position. Nous aurons une réponse lors de notre prochaine réunion en mars prochain».

«Il y a déjà 132 municipalités qui nous appuient», a lancé un des demandeurs un peu frustré de devoir attendre si longtemps. Le maire Gilbert, qui refuse de prendre position pour la seule raison que d’autres l’ont fait, a rétorqué qu’il y a 1100 municipalités au Québec, donc au moins 900 qui n’ont pas adopté la résolution.

Les chasseurs ont quitté la salle de conseil visiblement déçus, avec l’intention de revenir le mois prochain pour prendre connaissance de la décision du conseil.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Jessy parent
Invité
Jessy parent

Moi je suis contre à 100./. Le registre n’aideras pas autant que mettre l’argent dans la santé mental

Guillaume
Invité
Guillaume

J espère que la Beauce se fera pas boycotter par les chasseurs cette année …