«Trudeau ne respecte pas ses promesses économiques» – Maxime Bernier

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
«Trudeau ne respecte pas ses promesses économiques» – Maxime Bernier
Maxime Bernier prône toujours l’abolition de la gestion de l’offre. (Photo : Beauce Media - Archives)

POLITIQUE.  > Suite au dévoilement de la mise à jour économique du Parti libéral le 21 novembre à Ottawa, Maxime Bernier constate que Justin Trudeau a failli de remettre les finances du pays sur la bonne voie.

À moins d’un an du prochain scrutin fédéral, les libéraux ont confirmé que le retour à l’équilibre budgétaire n’aura pas lieu en 2019. Au contraire, Ottawa prévoit un déficit de 18,1 milliards pour l’année en cours et de 19,6 milliards dans l’exercice financier suivant. Les déficits ne commenceront pas à baisser avant 2021-2022.

«Il faudra dépenser vingt milliards seulement pour payer les intérêts sur la dette. Justin Trudeau pensait qu’il faut dépenser dans les temps difficiles pour créer de la richesse, mais c’est une théorie qui n’a pas fonctionné. Qui paye ses dettes s’enrichit», dit le député de Beauce.

Maxime Bernier critique également les incitatifs fiscaux de 14 milliards sur cinq ans pour aider les entreprises des secteurs manufacturiers et en énergie renouvelable. Cette mesure amortira des dépenses en immobilisation, comme l’achat d’équipements et matériaux de fabrication.

«On pénalise tous les autres secteurs industriels. La solution est de baisser les impôts des entreprises afin de les stimuler à investir dans leur développement. En abolissant les subventions aux entreprises, on récupérerait aussi cinq milliards par année», soutient Maxime Bernier.

Exportations et médias

Alors qu’un nouvel accord commercial sera signé cette semaine entre le Canada, les États-Unis et le Mexique, le gouvernement fédéral a annoncé la mise en place d’une stratégie pour diversifier le marché de nos exportations. Coûtant plus d’un milliard sur six ans, l’initiative vise une augmentation de 50 % d’ici 2025 des exportations ailleurs qu’en sol américain.

«C’est un projet ambitieux. Les trois quarts de nos exportations sont faits aux États-Unis. Ce n’est pas au gouvernement de dicter aux entreprises quoi faire. Elles exporteront dans les marchés où il existera des opportunités. On n’a pas besoin d’une grosse structure étatique pour conquérir de nouveaux marchés», estime le député beauceron.

Maxime Bernier est perturbé par les avantages fiscaux accordés à la presse écrite. Totalisant 600 millions de dollars sur cinq ans, ces mesures comprennent entre autres des crédits d’impôt sur la masse salariale.

«C’est malaisant que la politique s’ingère dans les médias. La liberté de presse sera menacée. En plus, qui aura droit à cet argent ? Les journaux sont des entreprises privées qui doivent être imaginatives pour continuer d’exister. Ce n’est pas le rôle de l’État de les aider», mentionne M. Bernier.

Quant à la réforme pour harmoniser les échanges commerciaux entre les provinces, Maxime Bernier n’y croit pas. «C’est un vœu pieux, car il faudrait rouvrir la Constitution canadienne pour éliminer les barrières. Aucun gouvernement n’a eu le courage de le faire», rappelle ce dernier.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des