Beauce-Nord : une forteresse caquiste-adéquiste

Photo de André Boutin
Par André Boutin
Beauce-Nord : une forteresse caquiste-adéquiste
Le chef de la CAQ, François Legault, et le candidat Luc Provençal.

ÉLECTIONS.  > Pour un sixième scrutin consécutif, les électeurs de Beauce-Nord ont élu le candidat de la Coalition Avenir Québec (CAQ) ou, auparavant, de l’Action démocratique du Québec (ADQ).

Profitant sans doute de la vague qui a inondé le Québec, Luc Provençal a enregistré la plus brillante victoire pour la formation en Beauce-Nord, récoltant 66,4 % des voix, soit deux électeurs sur trois. Il bat de peu la performance de Janvier Grondin qui avait obtenu 62,6% des voix en 2007.

M. Grondin a, en plus, remporté les scrutins de 2003 et de 2008 avec respectivement 45,9% et 49,9%. Le chemin était déjà tracé pour son successeur, André Spénard, qui a largement vaincu ses adversaires en 2012 et 2014 avec plus de 50% des suffrages exprimés.

En fait, il n’y a qu’à la première année de l’ADQ, lors de l’élection de 1998, où le candidat de ce parti n’a obtenu que 14,4 % des votes. Son nom? Un certain… Steven Blaney qui est aujourd’hui député conservateur de Lévis-Bellechasse-Etchemin!

Comme quoi, tous les chemins mènent à Rome…

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des