Martin Nadeau: pour une équité numérique entre les régions

Photo de mizael_bilodeau
Par mizael_bilodeau
Martin Nadeau: pour une équité numérique entre les régions
Pour le soutien au mode de vie rural, le maire de Saint-Frédéric, Martin Nadeau, pousse pour un meilleur accès à internet dans la Beauce.

TECHNOLOGIE. Le maire de Saint-Frédéric espère une allocation plus juste des investissements entre les régions lors de la prochaine annonce.

Des fonctionnaires ont confirmé à Martin Nadeau qu’une deuxième ronde de financement était imminente dans les prochains mois, si ce n’est pas les prochaines semaines.

Comme expliqué dans l’article «À quand un meilleur accès à internet dans les rangs de la Beauce?», la MRC Robert-Cliche a pris les devants et créé un partenariat avec le fournisseur d’accès internet Sogetel. Cette démarche leur permet d’anticiper le lancement officiel et être mieux outillés pour démontrer les besoins réels dans les rangs et les villages de la Beauce.

Le budget 2018 du ministre des Finances du Québec, M. Leitao, présenté il y a deux semaines, le 27 mars, n’a pas réservé de cases pour une deuxième ronde du programme «Québec Branché». Ce qui pourrait nous indiquer que l’argent proviendrait d’un programme qui porte un autre nom ou d’Ottawa.

Inégalité entre territoires

Avec des régions telles que la Gaspésie, où 99% des ménages seront branchés à la fibre optique d’ici trois ans, ou Charlevoix, qui bénéficie d’importants investissements pour l’augmentation de sa couverture cellulaire et l’installation de la fibre optique (tout ça grâce au G7), plusieurs se questionnent sur l’équité des enveloppes entre les régions.

«Il n’y a pas de raisons pour que nos MRC n’aient pas accès au programme», explique Martin Nadeau, maire de Saint-Frédéric.

Selon ce que nous rapporte M. le maire, les MRC et des joueurs mineurs dans le domaine de télécommunications, comme Sogetel, ont été mis devant le fait accompli, lors de l’allocation des 293,3 millions de dollars aux 82 projets retenus, le 20 novembre 2017.

«On ne demande pas beaucoup et ce n’est pas une question de jalousie. Il en va du principe d’équité», dit Maritn Nadeau.

Mauvaise perception

«Je pense que les autorités politiques avaient l’impression que nous étions déjà tous branchés, décrit le maire de Saint-Frédéric. Ils avaient une mauvaise lecture de la pénétration de la fibre optique.» Cette situation semble avoir changé, grâce à la multiplication des échanges entre les fonctionnaires et les maires.

Le partenariat

Sogetel et la MRC Robert-Cliche sont déjà parvenus à élaborer les plans et devis pour l’extension du réseau de fibres optique. Le fournisseur d’accès internet a même débloqué une généreuse mise de fonds, si jamais le projet prend forme. Malgré ces avancées, sans aide des gouvernements, le projet pourrait avorter. Le fardeau fiscal est trop important pour les contribuables. Il représenterait un investissement de 466 000$ pour une municipalité comme Saint-Frédéric, soit un montant d’environ 440$ par résident.

Déneigement et internet: même combat

Martin Nadeau compare l’importance de l’arrivée de la fibre optique dans chacun des foyers à celle du déneigement municipal. «Il s’agit de soutenir le mode de vie rural. Vous seriez surpris du nombre de personnes qui font du télétravail en Beauce, s’exclame-t-il. Il y a des secteurs qui n’ont pas du tout de services disponibles. Avec notre projet, la dernière maison du dernier rang aurait la fibre optique chez elle.»

Obligés de s’installer

Même dans le village de Saint-Frédéric, la vitesse d’internet «n’est pas excellente», qualifie Martin Nadeau. Lorsque plusieurs personnes se connectent en même temps, la vitesse fléchit en dessous de 5 mégabits par seconde. «Ce n’est pas normal que des gens se construisent leurs propres antennes radio de courte portée pour se connecter», prend-il comme exemple.

Sur le même sujet:

À quand un meilleur accès à internet dans les rangs de la Beauce?

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des