Les "Guézouines"

Photo de Hubert Lapointe
Par Hubert Lapointe
Les "Guézouines"
Ils doivent arrêter de croire qu'un commentaire constructif ne s'applique qu'au domaine de la construction…

Bienvenue… Ou plutôt, non, personne n’est le bienvenu dans le village des Guézouines. Nés dans l’obscurité, ils ne sortent la tête que dans l’unique dessein de déranger.

Les Guézouines sont des serpents confus, visqueux, grognons et fortement désagréables. Tellement qu’on dirait qu’ils viennent toujours de se cogner le petit orteil dans un cadre de porte. Le plus souvent, ils sortent sous le couvert de l’anonymat, ce qui leur donne le courage de cracher leur venin d’insignifiance. De cette façon, ils pourraient trouver facilement leur place non loin des comptoirs à desserts, puisqu’ils sont eux-mêmes particulièrement tartes.

Ce n’est pas qu’ils n’ont rien à faire des sentiments d’autrui, mais ils vont jusqu’à ignorer que les autres individus peuvent avoir d’autres opinions que le dédain. Pour imager, dans notre belle et grande ruche sociale où toutes les abeilles essayent de faire leur part, la Guézouine serait celle coincée qui s’entête malgré tout à vouloir s’envoler à travers le parasol.

Les Guézouines ont aussi une vue troublée. Ils distinguent mal les couleurs et subtilités du monde. Ils sont ceux qui cherchent leurs lunettes lorsqu’elles sont sur leur tête. Leur vision est si embrouillée qu’ils peuvent commenter avec les mots les plus tranchants les grands de l’humour québécois, et rigoleront ensuite lorsqu’ils verront une personne se faire arroser par une voiture. Vous pouvez toujours leur ouvrir une lumière pour leur montrer que le chemin qu’ils empruntent est boueux, mais ils risqueraient de vous tenir responsable pour la saleté sur leurs souliers.

Comme des petits singes, les Guézouines cherchent des poux toute la journée. Depuis leur tendre enfance jusqu’à leur vieillesse, ils attrapent des bestioles même microscopiques et tentent de les faire avaler aux autres. Eh oui, même eux ne sauraient digérer leurs propres bibittes. Ce qui est tout de même judicieux, si on considère que bon nombre d’entre eux ne se lavent jamais les mains après être allés à la salle de bain. Ce ne sont pas complètement de mauvaises personnes, ils doivent simplement arrêter de croire qu’un commentaire constructif ne s’applique qu’au domaine de la construction…

Ainsi, la prochaine fois qu’une Gézouine écrira une note haineuse sur votre page Facebook ou sous votre vidéo Youtube favorite, il n’y a qu’une chose à faire: rouler leurs propos en petites boulettes et les chiquenauder promptement.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires