Sections

1500 cyclistes en visite


Publié le 11 août 2017

Pour la dernière étape de la 24e édition du Grand Tour Desjardins, qui a eu lieu du 5 au 11 août dernier, les quelque 1500 participants ont emprunté une boucle qui passait notamment par Vallée-Jonction, Sainte-Marie et Scott, avant la fin de l'aventure.

Le défi consistait à sept jours de vélo consécutifs, dont le départ et l'arrivée ont eu lieu à Saint-Anselme. Selon leur expérience, les cyclistes pouvaient emprunter différents parcours, dont la longueur variait de 400 km à 1000 km. Lors de l'ultime étape, ils ont dû rouler entre Saint-Georges et Saint-Anselme, soit environ 85 km.

Joëlle Sévigny, directrice générale de Vélo Québec Événements et Voyages et aussi participante du Grand Tour Desjardins, a expliqué que le groupe était suivi d'environ 200 bénévoles qui offraient différents services: réparation de vélo, premiers soins, thalassothérapie et même des spectacles musicaux à chaque soir. « C'est l'aventure, oui, et la misère, non. C'est un Club Med sur deux roues! »

Aux dires de Mme Sévigny, l'objectif de Vélo Québec, qui célèbre d'ailleurs son 50e anniversaire cette année, est simplement de développer le cyclotourisme. « Ce n'est pas une campagne de financement. C'est vraiment fait pour découvrir le monde à la bonne vitesse », dit-elle.

La directrice générale note également que le dernier passage en Beauce du Grand Tour Desjardins remontait à plus de 10 ans.

Bien du plaisir!

Parmi les participants se trouvait Rosaline Lapointe, 72 ans de Québec. « Depuis une quinzaine d'années, c'est mon cadeau de fête. Je me paye un voyage de vélo. Ça m'intéresse plus qu'une semaine ou deux au soleil », a-t-elle prononcé pour expliquer sa troisième présence à l'événement.

En ce qui la concerne, en plus du bonheur de faire du vélo, c'est surtout la belle camaraderie et l'occasion de rencontrer de nouvelles personnes qui fait le charme de l'activité. De plus, celle qui, à 66 ans, a été la première femme de Vélo Québec à entreprendre le trajet Vancouver – Terre-Neuve, considère que la piste de Beauce est mieux entretenue que celle de Bellechasse.

Mme Lapointe a finalement eu un bon mot pour l'ensemble de l'organisation du Grand Tour Desjardins. « Je suis très contente, la route est bien balisée. Tu embarques sur ton vélo et tu ne t'inquiètes plus de rien. […] La semaine a passé très vite. Si la santé me le permet, c'est sûr que je vais y participer l'année prochaine. »

Autre participant, Jean-François Chagnon, 53 ans de Saint-Liboire (Montérégie) en était à son premier passage au Grand Tour Desjardins. Brièvement, M. Chagnon devait y prendre part au sein d'une équipe, mais ses coéquipiers ont changé d'idée. Qu'à cela ne tienne, il a décidé de se rendre tout de même dans notre région et il n'a pas été déçu.

« J'ai eu une crevaison, il m'est arrivé quelques mésaventures… J'ai pas mal tout eu, mais il y avait énormément d'entraide sur le parcours. Les gens de l'organisation a très bien fait ça pour un groupe de 1500 personnes. Ils ont fait les efforts pour qu'on soit le mieux possible », a-t-il commenté, non sans souligner le caractère sinueux et vallonné des routes beauceronnes. « C'est assez difficile! », sourit-il.