Michel et Sylvie: des boomers actifs à la santé précaire

Publié le 8 mars 2016

Plus de la moitié des baby-boomers âgés de 55à 64 ans sont présents sur les réseaux sociaux.

©Marc Beaudet

Portrait. Ils s'appellent Michel et Sylvie. Ils sont nés à l’apogée du baby-boom, entre 1955 et 1960, approchent l'heure de la retraite, ont une santé précaire, sont technos (un peu), aiment la télé (beaucoup) et souhaiteraient demeurer dans leur maison pour y vivre leurs vieux jours. Ils sont le portrait-robot d'une partie de la génération boomers qui continue de modeler le Québec, révèlent les données compilées par TC Media.

Entre 1946 et 1966, ils sont 2,6 millions à avoir envahi les pouponnières du Québec. Avec un spectre aussi large, impossible de faire un seul portrait unique défini des baby-boomers. C’est pourquoi TC Media a choisi de se concentrer sur les 848 726 personnes nées dans la deuxième moitié des années 1950.

Michel et Sylvie, les deux prénoms les plus populaires de l’époque, sont aujourd’hui âgés de 56 à 61 ans. Ils sont encore sur le marché du travail, mais pas pour longtemps. Si on se fie à la moyenne québécoise, Sylvie partira pour la retraite à 61 ans tandis que Michel attendra jusqu’à 63 ans. Leur retraite ne ressemblera pas à celle de leurs parents. Ils réinventeront un nouveau modèle, car ils pourraient vivre encore longtemps : jusqu’à 80 ans pour Michel et 84 pour Sylvie. Ayant combiné, loisir, travail et famille toute leur vie, ils n’attendront pas la mort sans rien faire.

Sources: Fondation des maladies du cœur et de l'AVC et Statistique Canada
TC Media

La santé à surveiller

Pour vivre vieux, Michel et Sylvie devront faire attention à leur santé. Même si notre couple de baby-boomers ne fume plus, il est moins actif physiquement et a plus de problèmes de cholestérol et d’hypertension que la génération précédente. S’il ne change pas ses habitudes de vie, ses projets de retraite risquent d’être contrecarrés par la maladie, mettent en garde les spécialistes. Même s’ils vivent plus longtemps, les données de Statistique Canada indiquent qu’il existe un écart de dix ans entre la durée de vie et la durée de vie en santé. Déjà, à leur âge, ils ont perdu plusieurs amis emportés par le cancer, cause de décès numéro un dans cette tranche d’âge.

Le précieux nid douillet

S’il y a une chose à laquelle Michel et Sylvie sont fidèles, c’est bien leur résidence. Ils possèdent en moyenne leur maison depuis 12 ans, et pour 44 % des gens de leur âge, c’est d’ailleurs la seule propriété qu’ils ont possédée au cours de leur vie. Attachés à ce lieu où ils ont élevé leurs deux enfants, ils comptent y vivre encore 14 ans, à moins que leur état de santé ne les en empêche. Quand ils ne reçoivent pas parents ou amis à souper à la maison, Michel  et Sylvie aiment bien bricoler ou jardiner, histoire de bien entretenir leur petit nid d’amour. Autre passe-temps qu’ils affectionnent particulièrement : la télévision! Que soit pour s’informer ou pour s’évader en regardant leur téléroman favori,  le petit écran est leur loisir préféré.

Côté techno, il va sans dire qu’ils n’arrivent pas à la cheville de leurs enfants, qui, eux, ont grandi avec l’arrivée d’Internet et la multiplication des plateformes. Mais, Michel et Sylvie ne sont pas complètement déconnectés pour autant. Ils passent en moyenne 14,5 heures par semaine sur Internet, soit six heures de moins que l’ensemble des Québécois. Ils naviguent principalement sur le Web pour consulter leurs courriels, obtenir des infos sur les voyages, la rénovation et le jardinage.

Même si près de la moitié des gens de leur âge possèdent maintenant un téléphone mobile, Michel et Sylvie préfèrent de loin, le bon vieux téléphone résidentiel pour appeler famille et amis. Pour naviguer, ils affectionnent cependant particulièrement la tablette!

Consultez notre dossier sur les baby-boomers

- Les boomers en mauvaise santé: il n'est pas trop tard
- Soins de santé: facture salée à venir?
- Boomers branchés… sur la tablette!
- Bye-Bye Boss: pas pressés de prendre leur retraite
- Les boomers plus verts qu’on le pense
- Le poids électoral des boomers s'effrite

En manchette

Il cache des stupéfiants au poste de police

Alors qu'il était en probation pour une histoire de possession simple de stupéfiants et de possession en vue d'en faire le trafic, Bruno Bilodeau, 56 ans de Saint-Martin, n'a pas respecté son couvre-feu le 16 avril dernier. Mais, lors de son arrestation, il a tenté de dissimuler 91 comprimés de méthamphétamine dans l'autopatrouille, et de cacher 96 grammes de cannabis dans une salle d'entrevue de la Sûreté du Québec.

Un hôtel sort de terre en trois jours

Si la construction de maisons modulaires est bien connue depuis plusieurs années du grand public, le fait de construire un hôtel haut de gamme de trois étages à l’aide de 42 modules et en seulement trois jours l’est moins.

Michel et Sylvie: des boomers actifs à la santé précaire

Publié le 8 mars 2016

Plus de la moitié des baby-boomers âgés de 55à 64 ans sont présents sur les réseaux sociaux.

©Marc Beaudet


Portrait. Ils s'appellent Michel et Sylvie. Ils sont nés à l’apogée du baby-boom, entre 1955 et 1960, approchent l'heure de la retraite, ont une santé précaire, sont technos (un peu), aiment la télé (beaucoup) et souhaiteraient demeurer dans leur maison pour y vivre leurs vieux jours. Ils sont le portrait-robot d'une partie de la génération boomers qui continue de modeler le Québec, révèlent les données compilées par TC Media.

Entre 1946 et 1966, ils sont 2,6 millions à avoir envahi les pouponnières du Québec. Avec un spectre aussi large, impossible de faire un seul portrait unique défini des baby-boomers. C’est pourquoi TC Media a choisi de se concentrer sur les 848 726 personnes nées dans la deuxième moitié des années 1950.

Michel et Sylvie, les deux prénoms les plus populaires de l’époque, sont aujourd’hui âgés de 56 à 61 ans. Ils sont encore sur le marché du travail, mais pas pour longtemps. Si on se fie à la moyenne québécoise, Sylvie partira pour la retraite à 61 ans tandis que Michel attendra jusqu’à 63 ans. Leur retraite ne ressemblera pas à celle de leurs parents. Ils réinventeront un nouveau modèle, car ils pourraient vivre encore longtemps : jusqu’à 80 ans pour Michel et 84 pour Sylvie. Ayant combiné, loisir, travail et famille toute leur vie, ils n’attendront pas la mort sans rien faire.

Sources: Fondation des maladies du cœur et de l'AVC et Statistique Canada
TC Media

La santé à surveiller

Pour vivre vieux, Michel et Sylvie devront faire attention à leur santé. Même si notre couple de baby-boomers ne fume plus, il est moins actif physiquement et a plus de problèmes de cholestérol et d’hypertension que la génération précédente. S’il ne change pas ses habitudes de vie, ses projets de retraite risquent d’être contrecarrés par la maladie, mettent en garde les spécialistes. Même s’ils vivent plus longtemps, les données de Statistique Canada indiquent qu’il existe un écart de dix ans entre la durée de vie et la durée de vie en santé. Déjà, à leur âge, ils ont perdu plusieurs amis emportés par le cancer, cause de décès numéro un dans cette tranche d’âge.

Le précieux nid douillet

S’il y a une chose à laquelle Michel et Sylvie sont fidèles, c’est bien leur résidence. Ils possèdent en moyenne leur maison depuis 12 ans, et pour 44 % des gens de leur âge, c’est d’ailleurs la seule propriété qu’ils ont possédée au cours de leur vie. Attachés à ce lieu où ils ont élevé leurs deux enfants, ils comptent y vivre encore 14 ans, à moins que leur état de santé ne les en empêche. Quand ils ne reçoivent pas parents ou amis à souper à la maison, Michel  et Sylvie aiment bien bricoler ou jardiner, histoire de bien entretenir leur petit nid d’amour. Autre passe-temps qu’ils affectionnent particulièrement : la télévision! Que soit pour s’informer ou pour s’évader en regardant leur téléroman favori,  le petit écran est leur loisir préféré.

Côté techno, il va sans dire qu’ils n’arrivent pas à la cheville de leurs enfants, qui, eux, ont grandi avec l’arrivée d’Internet et la multiplication des plateformes. Mais, Michel et Sylvie ne sont pas complètement déconnectés pour autant. Ils passent en moyenne 14,5 heures par semaine sur Internet, soit six heures de moins que l’ensemble des Québécois. Ils naviguent principalement sur le Web pour consulter leurs courriels, obtenir des infos sur les voyages, la rénovation et le jardinage.

Même si près de la moitié des gens de leur âge possèdent maintenant un téléphone mobile, Michel et Sylvie préfèrent de loin, le bon vieux téléphone résidentiel pour appeler famille et amis. Pour naviguer, ils affectionnent cependant particulièrement la tablette!

Consultez notre dossier sur les baby-boomers

- Les boomers en mauvaise santé: il n'est pas trop tard
- Soins de santé: facture salée à venir?
- Boomers branchés… sur la tablette!
- Bye-Bye Boss: pas pressés de prendre leur retraite
- Les boomers plus verts qu’on le pense
- Le poids électoral des boomers s'effrite