Sections

Sainte-Marie surfe sur le renouveau du rap québécois

Plakatrak lance un studio d’enregistrement


Publié le 13 avril 2017

Un nouveau studio d’enregistrement de musique du «label» Plakatrak s’est installé à Sainte-Marie avec plusieurs rappeurs de la scène locale francophone.

©Photo TC Media – Mizaël Bilodeau

MUSIQUE. Un studio de hip-hop s’est installé dans un bâtiment de l’avenue Duchesnay.

«C’est un ancien édifice qui a fermé et le propriétaire nous permet de louer ses locaux sans déranger personne», explique Big10 ou Alexandre Boivin pour les intimes. Le rappeur réside à Sainte-Marie depuis qu’il a emménagé avec sa conjointe il y a environ deux ans. «Moi ma blonde m’a quitté pour un autre récemment alors je me suis remis à écrire», dit à la blague le rappeur Reidlos avec qui Big10 collabore étroitement. Alexandre Boivin a fondé le studio de Sainte-Marie il y a quelques semaines. Il collabore avec plusieurs autres rappeurs de la région tels que Manigance, Big Hem ou Naveek.

La scène locale du rap francophone s’était réunie pour un concert le samedi 8 avril au Bar M de Saint-Étienne. Maxime d’Urban Graff, un artiste de graffitis sur le corps a organisé cette soirée. «On a peinturé les serveuses. C’est le premier événement du genre que j’organisais», explique-t-il.

«On sent qu'il y a vraiment beaucoup de relève. Elle est intense. On se tient tous ensemble», dit Big10 à l'extérieur du bar. Alexandre Boivin connaît bien le rap de la région. Il anime l’émission Hip-Hop urbain tous les vendredis soir à la Radio de Lévis.

L’ambiance au Bar M est électrisante. À l'intérieur, les rappeurs sourient, se donnent des accolades, discutent avec entrain. On sent la proximité des rappeurs entre eux. «C'est vraiment familial ce soir, mon père est même venu nous voir», ajoute Big10.

Plakatrak Record’s

Le nom de leur «label» Plakatrak est tiré de l’idée que leurs tracks sortent du placard et fait appel à leur identité, leur origine. «C’est comme placard à tracks», dit Big10.

«Il y a plusieurs projets qui s’en viennent. Des gens de Québec vont enregistrer chez nous. Plakatrak en a sorti un récemment qui s’intitule Les Ingrédients Volume un», raconte Reidlos.

Ce nouveau studio servira à enregistrer des gens passionnés par le rap. «Je ne fais pas nécessairement carrière dans la musique. Je vais enregistrer ceux dont j’aime leur «vibe». J’y vais avec le cœur surtout», décrit Big10 qui prépare dans pour la prochaine année son mix tape.