Les aînés ont un ange gardien en Nouvelle-Beauce

Lynda Cloutier lynda.cloutier@tc.tc
Publié le 31 mars 2015

Carole Carrier, travailleuse de proximité.

©Photo TC Média - Lynda Cloutier

SOCIÉTÉ. «Des fois, les aînés ont peur de cogner à une porte ou de téléphoner à quelqu’un pour demander de l’aide. Ils craignent de déranger ou ils se disent que cela ne vaut pas la peine.»

C’est en ces termes que s’exprime Carole Carrier, l’ange gardien des aînés de la Nouvelle-Beauce. Depuis février 2014, cette travailleuse de proximité intervient directement auprès des gens aux prises avec des difficultés de différents ordres. Le projet justement appelé <I>Ange gardien<I> ne se veut pas un dédoublement de services; il est un pont entre la personne et les ressources disponibles, laisse savoir Carole Carrier.

En quoi consistent les interventions? D’abord, il faut établir un dialogue et un lien de confiance avec la personne aînée. Par exemple, explique la travailleuse de proximité, un appel peut être logé pour un problème physique, mais souvent il y en a d’autres qui sont latents, qui se cachent derrière la situation exposée. Ce sont des cas qui n’ont pas été réglés : maltraitance, abus financiers, intimidation, etc.

Après avoir mis le doigt sur le ou les bobos, le rôle de Carole Carrier consiste à diriger les personnes vers la ressource appropriée. Il existe une liste de plus de 40 organismes pouvant apporter leur aide dans le champ de compétence recherché. L’an dernier, les 31 personnes rencontrées ont nécessité 136 interventions directes.

Des oreilles et des yeux

Grâce au budget qui a été bonifié pour l’année en cours, le projet Ange gardien pourra intensifier sa présence et accroître sa visibilité dans chaque municipalité du territoire. Il faut davantage faire connaître le service auprès de la population en général, estime Carole Carrier.

Dans son entourage, quelqu’un peut connaître des aînés qui auraient besoin d’aide. Dans cette veine, les gens peuvent devenir les yeux et les oreilles du programme issu de la Table de concertation des aînés de la Nouvelle-Beauce.

En plus de s’adresser aux aînés, le projet Ange gardien peut bénéficier aux personnes de 50 à 65 ans. Dans cette catégorie, relève Carole Carrier, on retrouve des gens qui vivent une période de transition et qui peuvent, à ce moment de leur vie, avoir besoin d’aide eux aussi.

Pour entrer en contact avec Ange gardien, on appelle Carole Carrier au numéro de téléphone suivant : 418 386-7688.