Des idées simples pour la Saint-Valentin

Une chronique de Lili Marchand

Publié le 7 février 2017

La Saint-Valentin, c'est le temps de laisser parler son cœur… et non son portefeuille!t

©© by Ievgen Chepil

La Saint-Valentin arrive à grands pas. J'adore la fête de l'amour quand elle est soulignée de façon simple. Il n'est pas nécessaire de dépenser des sommes faramineuses pour se dire qu’on s’aime. Voici mes trucs!

J’aime la Saint-Valentin, mais pas la Saint-Valentin commerciale. Je m’explique : j’aime recevoir un cœur dessiné à l’école par mes filles ou une carte réalisée de leurs petites mains. J’aime que mon chum se lève le matin et me fasse un câlin en me souhaitant bonne Saint-Valentin.  Et j'adore que ma mère, qui n’oublie jamais, m’appelle pour me souhaiter de passer une belle journée.

Ce que je n’aime pas, c’est que certains fleuristes ou restaurateurs augmentent leur prix. Je n’aime pas que l’on profite de l’amour pour augmenter ses profits!

Mes idées!

·         Premier arrêt: un magasin à un dollar ou plus. On peut y acheter de petites chandelles, des décorations et une nappe avec des cœurs. On décore pour le petit-déjeuner ou le souper. Cela permet de créer une belle vague d’amour.

·         Faire un dîner spécial. Une fondue bourguignonne ou chinoise est une belle façon de prendre le temps de souper avec ou sans enfants. On peut jaser pendant le repas et avoir le temps d’avoir du plaisir.  Bien évidemment laisser les appareils mobiles de côté est aussi une belle façon de montrer à ceux que l’on aime que l’on veut être ensemble.

·         Faire un gâteau au chocolat.  Parce que ça prend du chocolat à la Saint-Valentin!  Avec des petits cœurs. Ou alors on prépare une fondue au chocolat, c’est tellement bon.

·         Un cadeau? Je ne sais pas…  Pourquoi doit-on absolument acheter des cadeaux?  Si on souhaite vraiment offrir un présent, on peut penser à un petit chocolat ou une gâterie sucrée.

La Saint-Valentin, c'est le temps de laisser parler son cœur… et non son portefeuille!

Bonne Saint-Valentin!

Lisez plus de chroniques de Lili Marchand en cliquant ici