Sections

Une Expo marquée par la solidarité

Les amis de la gestion de l’offre et des régions fêtent leur victoire


Publié le 24 juillet 2017

Les amis de la Gestion de l’offre et des régions est un groupe Facebook constitué de plus de 10 000 membres. Son fondateur, Jacques Roy, a contribué à la défaite de Maxime Bernier.

©Photo TC Media – Mizaël Bilodeau

AGRICULTURE. L’Expo St-Isidore connaît une grande affluence pour son programme parsemé de quelques nouveautés.

On connaît l’Expo du bassin de la Chaudière pour ses tires de tracteurs, son rodéo de cochons et ses concours d’éleveurs. Les vacanciers y ont tous eu droit au cours de ses cinq jours d’activités. Ce qui est différent cette année est un événement organisé pour remercier Jacques Roy, producteur laitier et fondateur du Groupe Facebook dont la mobilisation a fait la différence lors de la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada. Tout le gratin des représentants en agriculture s’était donné rendez-vous le samedi 22 juillet au soir sous le chapiteau. Richard Lehoux, Marcel Groleau, Richard Ferland et plusieurs autres ont discuté au vins et fromages et pris part aux discours qui ont fait suite.

«Je suis pas mal plus à l’aise derrière les vaches que devant un public, mais aujourd’hui on est là pour remercier Jacques Roy, a dit Germain Lehoux, initiateur de la soirée. Ça va être assez dur de ne pas parler de politique. Alors, j’ai dit à mon comité que j’allais donner 2$ à l’organisme Au cœur des familles agricoles chaque fois que j’en parle.»

Le touchant témoignage de Vincent Roy, fils de Jacques, a suivi celui plus politique de Germain Lehoux. «Mon père est le genre de personne à peinturer sa voiture au rouleau, parce que la peinture en cannette ça coûte trop cher», a-t-il blagué d’entrée de jeu. Vincent Roy a poursuivi en retraçant l’histoire personnelle de son père de l’Abitibi jusqu’à la Beauce.

Parcours de combattant

Le groupe Facebook a commencé le 17 janvier. «J’étais tanné d’entendre toutes les fausses nouvelles que disait Maxime Bernier dans les médias», a rapporté Jacques Roy à la foule de l’Expo. C’est alors que sa femme, Sylvie a mis en branle le projet.

 «J’ai organisé avec le directeur de campagne d’Andrew Scheer, Marc-André Leclerc, 15 visites de ferme au Québec», a-t-il expliqué à la foule de l’Expo. La journée même avant les visites, certains agriculteurs n’ont pas été informés de la visite du candidat à la chefferie. «Ça l’a été une course pour informer la ferme Jacobs.»

Lors de la dernière journée où il était possible de devenir membre du Parti conservateur pour voter lors de la course, le 27 mars, Jacques Roy et sa femme ont réparti près de 800 téléphones pour rappeler aux gens d’acheter leurs cartes du Parti.

Jour J

Le jour du scrutin, les journalistes de la presse nationale ont interviewé Jacques Roy pour ensuite se diriger à Saint-Georges afin d’assister dans son comté à l’élection de Maxime Bernier. «Ils ont dû revenir le lendemain parce qu’on avait gagné», s’est-il exclamé à l’Expo.

Le 27 mai, Jacques Roy n’a pas invité personne. Il était en compagnie de sa famille pour regarder le dévoilement du vote de la course à la chefferie en direct. Il ne s’attendait définitivement pas à une défaite de Maxime Bernier. «Après la victoire, j’ai invité des gens puis on a finalement fêté», a décrit Jacques Roy.

L’événement a permis d’amasser 2500$ pour l’organisme «Au cœur des familles agricoles» qui vient en aide aux agriculteurs en détresse et à leurs proches.