Sections

« C'est un retour à l'ancienne, avec des nouvelles technologies » — Jonathan Champagne


Publié le 13 septembre 2017

Le tout est survolé par une boîte autochargeuse et une grue sur rails.

©TC Media – Hubert Lapointe

Qui n'a jamais vu de grosses balles rondes de foin en bordure des fermes de la région? Si ces fourrages cylindriques forment la base de plusieurs entreprises agricoles, à la Ferme L. & R. Champagne de Saint-Bernard, on a trouvé le moyen de s'en passer.

Bien sûr, la fermer laitière a toujours besoin de foin. Mais, en 2014, on a décidé d'installer un système de séchoir en grange solaire et de fourrage en vrac. Plus précisément, le foin est entassé dans la grange alors que deux appareils de ventilation assèchent la nourriture pour les vaches. Le tout est survolé par une boîte autochargeuse et une grue sur rails, un investissement environnant les 350 000 $. À ce jour, l'entreprise bernardine est la seule en Beauce à utiliser cette technique apprise de la Suisse.

Il faut savoir que les balles rondes contiennent souvent des produits chimiques et parfois des moisissures. Or, depuis que le foin est asséché en grange, les vaches sont moins malades, elles ne mangent pratiquement plus de moulée, elles ont moins besoin de médicaments, elles produisent plus de lait et celui-ci est de meilleure qualité. Ceci est bien sûr sans compter les économies substantielles (difficiles à calculer) mais dépassant facilement les 40 000 $ annuellement.

Autre phénomène intéressant, avant 2014, trois vaches mouraient chaque année à la Ferme L. & R. Champagne. Mais, depuis le changement, une seule est décédée et il s'agirait d'un « simple » coup d'eau.

« L'ensilage est bourré de bactéries, mais les producteurs se sont habitués à avoir du trouble », a commenté le propriétaire René Champagne. Il a ajouté que par le passé, il devait toujours tailler les sabots du troupeau (à cause de l'acidité de leur urine). Depuis l'innovation, ses 42 vaches ont des pattes en santé, ce qui signifie un immense gain de temps.

« Au début, tout le monde voulait nous décourager. Les gens ne connaissent pas ce système et ont peur du changement. Maintenant, si des producteurs ont envie de démarrer des projets semblables, nous saurons les épauler », a appuyé son fils Jonathan.

Mentionnons que la Ferme L. & R. Champagne a été finaliste dans la catégorie « Nouveau projet d'investissement » au gala Les Perséides 2016, en plus d'être en nomination pour l'Ordre national du mérite agricole. Les gagnants seront connus le vendredi 29 septembre prochain.